Derniers articles

Visite du Ministre Yankhoba Diatara à Kaffrine et Koungheul

0
Le numérique au cœur des politiques de développement territorial Le Bambouk et le Ndoucoumane ont accueilli ce lundi 29 mars 2021 le Ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications M. Yankhoba Diatara. Ce dernier était accompagné d’une forte délégation composée de plusieurs responsables de son département ministériel dont le Directeur général de l’Agence De l’Informatique de l’État M. Cheikh Bakhoum. Les départements de Koungheul et Kaffrine, par la voie de leurs autorités administratives et locales, ont montré toute leur disposition à enclencher une véritable transformation digitale pour leurs localités. Une transformation digitale qui va de pair avec un développement socio-économique. Dans ces deux départements de la région de Kaffrine, le Ministre Yankhoba Diatara a visité plusieurs sites relevant de son département ministériel. Ainsi, dès son arrivée à Koungheul, le Ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications, a visité l’espace Sénégal Services que l’Agence De l’Informatique de l’État (ADIE) est en train d’ériger dans cette localité à l’instar des autres départements du Sénégal, dans le cadre du programme Smart Sénégal. Il était accompagné du Gouverneur de Kaffrine, du Préfet de Koungheul, du Maire de Koungheul M. Mayacine Camara, du Président du Département de Koungheul M. Assane Diop et du Président de l’Association des Départements du Sénégal M. Adama Diouf. Le Directeur général de l’ADIE M. Cheikh Bakhoum a présenté l’infrastructure tout en expliquant son utilité pour les collectivités territoriales, les populations ainsi que l’Administration. Cet espace Sénégal Services, destiné à abriter un guichet unique pour les procédures administratives, aura un impact fort significatif pour le développement socio-économique de la localité et sera une aubaine pour les jeunes entrepreneurs. Ces derniers bénéficieront d’un espace de formation et d’incubation. Le Maire de Koungheul, par ailleurs Secrétaire d’État en charge du développement du réseau ferroviaire M. Mayacine Camara, se satisfait du passage de la fibre optique de l’ADIE à Koungheul. Une infrastructure qui selon lui « peut beaucoup contribuer à faire de Koungheul une ville numérique avec un développement de l’économie numérique ». Le Maire a particulièrement apprécié le projet Espace Sénégal Services. Pour sa part, le Président du Conseil départemental de Koungheul M. Assane Diop a estimé que la fracture est en train d’être réparée en mode fast-track. Il est convaincu que l’espace Sénégal Services sera le « lieu d’impulsion de la transformation numérique ». A Kaffrine également, le même engouement a été noté de la part des autorités et des populations concernant les différents projets du Ministère. Une visite de l’espace Sénégal Services a également été organisée avec notamment le Président du Conseil départemental de Kaffrine M. Adama Diouf, les autorités municipales, le Ministre en charge de l’Urbanisme M. Abdoulaye Seydou Sow qui est un fils de la localité ainsi que les autorités administratives. Le sentiment de satisfaction et d’espoir a été noté. A en croire le Ministre de l’Économie numérique, les Espaces Sénégal services sont un engagement du Chef de l’État à faire du numérique un vecteur de développement. Au cours de cette visite, le Ministre Yankhoba Diatara a promis un accompagnement aux différentes collectivités territoriales et administrations pour accélérer leur digitalisation. Ainsi, il a demandé à l’ADIE de connecter les différentes mairies et administrations. La délégation a également visité le nouvel hôpital régional de Kaffrine qui sera bientôt inauguré par le Président de la République M. Macky Sall. Le Directeur de cet hôpital a bien apprécié le travail effectué par l’ADIE. En effet, l’Agence De l’Informatique de l’État a de façon très diligente, déployé la fibre optique pour cette nouvelle infrastructure sanitaire. Ousmane THIOR

Un remaniement doit s’imposer

0
Ce n’est ni de nos tempéraments, ni de nos habitudes, nous jeunes du parti, de remettre en cause les décisions du Président de la République du Sénégal Son Excellence Monsieur Macky Sall. On continuera à suivre sa dynamique quelle que sera la construction d’un futur gouvernement car servir la population auprès du Président a toujours été un honneur. Mais aujourd’hui une chose est claire et on n’a pas besoin d’avoir des yeux de lynx pour le voir. En effet, le pays a connu des secousses ces derniers temps, celles-ci sont sauvées par sa jeune democratie et le pouvoir religieux incarné par des khalifes généraux des differentes confreries. Par là, nous saluons le geste de Serigne Mountakha Mbacké. Bien que le President de la république a compris le message vehiculé par sa jeunesse lors des manifestations, mais doit comprendre aussi que beaucoup de ses ministres ne travaillent pas pour lui ni pour le peuple sénégalais et ces derniers temps en attestent parfaitement. Tout cela est dû par la suppression du poste de premier ministre et le faire revenir est imminent. En effet, le Premier ministre est d’abord le chef du gouvernement. Il dirige l’action du gouvernement et, à ce titre, fixe en principe ses orientations politiques essentielles. Le Premier ministre assure la coordination de l’action gouvernementale. Il doit éviter aussi que différents ministres prennent des initiatives allant dans des sens opposés et peut en même temps proposer leur révocation au président de la République en cas de faute grave. Aujourd’hui beaucoup de ministres n’ont pratiquement plus de pression et ils n’osaient même pas parler de la situation du pays par peur de voir leurs maisons incendiées. Un remaniement peut donner froid dans le dos à ceux et celles qui, au lieu de servir avec sérénité et amour le pays, s’activaient à des magouilles et/ou à des dérives verbaux qui stagnent relativement la barque républicaine avec le drapeau de la retenue souvent en berne. L’heure est grave et le Senegal doit sortir de ce gouffre et c’est pour cela que le PR doit faire revenir ses hommes de confiance comme le ministre Amadou Ba qui, tout au long de ces années d’engagement et de responsabilités, fait, défait et subit mais il a toujours su garder le cap pour un Sénégal des possibilités économiques et diplomatiques. Massylla GUEYE (DG) Leader politique du parti APR.

Prochaines élections locales à Palmarin

Philippe Faye montre son ambition d’être maire Les prochaines locales seront très rudes à Palmarin car, le dynamique et rigoureux Philippe Faye a décidé d’honorer sa participation afin d’apporter une pierre à l’édifice pour le développement de sa commune. Un combat qu’il compte mener avec la population de cette commune qui souffre de tous les maux.

L’eau de Sen’Eau n’est pas potable

La rébellion contre Sen’Eau se poursuit à Mbacké. La majorité des concessions refuse de payer les facteurs d’eau de la Sen’Eau depuis maintenant 17 mois.

Le motif : la non-potabilité de l’eau qui est à l’origine de beaucoup de maladies. La lutte est portée par l’association «And Sopi Ndoxu Mbacké» qui poursuit la campagne de sensibilisation pour la généralisation du boycott des factures de Sen’Eau.

Selon le président de ladite association, Dr Mamadou Mbodj, la Sen’Eau a avoué implicitement que l’eau fournie est impropre à la consommation. A l’en croire, l’eau n’est pas potable et elle est à l’origine de beaucoup de maladies. Dr Mbodj renseigne que des analyses de l’eau faites par des laboratoires dont l’institut Pasteur de Dakar confirment que l’eau n’est pas potable.

DAKARMATIN

Voici la chronique du 22 mars : Pape Alé Niang revient sur l’affaire Ousmane Sonko et apporte des précisions.

Dans sa chronique de la semaine Pape Alé Niang revient sur l’affaire Ousmane Sonko et apporte des précisions.

ACCUSATIONS DE TERRORISME : YEN A MARRE SAISIT L’UE ET LES ETATS-UNIS

L’arrestation de Ousmane Tounkara, aux États-Unis, pour menace de terrorisme et menaces de mort à l’endroit d’autorités étatiques suite à une plainte de l’État du Sénégal a fait réagir le mouvement Y en a marre. Le mouvement, dans un communiqué de presse, alerte l’opinion nationale et internationale sur la nouvelle stratégie des autorités sénégalaises, consistant à porter la lourde accusation terroriste sur des activistes et opposants politiques (dans le but de dissuader voire inhiber des voix qui s’élèvent contre le régime de Macky SALL). Il annonce une saisine des représentations diplomatiques de l’Union Européenne et des États-Unis pour dénoncer ces agissements de notre gouvernement et les appeler à plus de vigilance. « Nous pouvons citer notamment les cas, Assane DIOUF, signalé à tort comme terroriste aux autorités américaines en août 2017, Guy Marius Sagna emprisonné en septembre 2019 pour « fausse alerte terroriste », les accusations injustifiées portées le 5 mars dernier contre les manifestants par le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome, et plus récemment la fallacieuse dénonciation de l’activiste Ousmane Tounkara, basé à New York. Ce dernier est connu pour son engagement contre la confiscation de la démocratie au Sénégal », lit-on dans le communiqué de presse. Selon le mouvement, des menaces pèsent également sur plusieurs autres Sénégalais de la diaspora actifs sur les réseaux sociaux. Ainsi, Aliou Sané et ses camarades « jugent ce procédé très dangereux car, non seulement, il restreint davantage l’espace civique, mais aussi et surtout, il porte atteinte à l’image et la crédibilité du Sénégal à l’international ». A les en croire, la problématique du terrorisme est beaucoup trop sérieuse pour servir de moyen aux autorités étatiques de diaboliser et d’incriminer des citoyens.

GAMBIE : PLUSIEURS ARRESTATIONS APRÈS LES HEURTS DE SANYANG

Une quarantaine de personnes arrêtées, après les émeutes de Sanyang, en Gambie. Un développement de l’affaire concernant les dégâts matériels recensés au cours des événements. Pour rappel, des heurts ont éclaté entre des pêcheurs et des Forces de l’ordre. Tout est parti de la mort d’un Gambien, habitant de Sanyang. À l’origine de ce drame, c’est un jeune pêcheur saisonnier sénégalais, surpris en plein cambriolage, qui aurait ainsi tué un Gambien. Conséquences : de violentes tensions entre populations locales et ressortissants sénégalais, à Sagnyang, une petite localité gambienne située sur la face atlantique, à une quarantaine de kilomètres de Banjul. Les exactions des autochtones se solderont par de nombreux dégâts matériels du côté des Sénégalais. Même le poste de police sera réduit en cendres.  

GUY MARIUS SAGNA, BIRAME SOULEYE DIOP ET COMPAGNIE AUDITIONNÉS À PARTIR D’AUJOURD’HUI

Guy Marius Sagna, Assane Diouf, Cledor Sène, Bire Souleye Diop, Abass Fall… face à leur destin. En détention depuis le 23 février dernier, l’activiste sera face au juge d’instruction ce lundi pour une audition dans le fond. Le coordonnateur du mouvement Frapp / France, interpellé pour association de malfaiteurs, provocation aux crimes et délits, et organisation d’un mouvement insurrectionnel, sera auditionné en même temps que les autres personnes arrêtées dans l’affaire Ousmane Sonko dont Assane Diouf et Clédor Sène. Les auditions se poursuivront demain mardi, concernant les 24 personnes placées sous mandat de dépôt en marge de l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko. En effet, après l’audition de Guy Marius Sagna et Cie, le magistrat instructeur fera face à Birame Soulèye Diop et Abass Fall, respectivement administrateur et responsable du parti Pastef / Les Patriotes, entre autres inculpés eux pour association de malfaiteurs, complicité de diffusion de contenus contraires aux bonnes mœurs, menace de voie de fait et violence. Selon des informations obtenues par Emedia, Me Moussa Sarr, avocat de Guy Marius Sagna, va introduire, après cette audition, une demande de mise en liberté provisoire. Mais tous devraient être libérés dans le sens de l’apaisement qui a suivi les violentes manifestations qui ont éclaté début mars.

3 décès, 87 nouvelles infections

Le ministère de la Santé et de l’action sociale a fait le point sur la situation journalière de l’évolution de la Covid-19 au Sénégal, ce lundi 22 mars 2021.

Sur 1 398 tests réalisés, le Sénégal a enregistré 87 nouveaux cas de coronavirus. Soit un taux de positivité de 6,22%. Les cas positifs sont répartis comme suit : 30  cas contacts, aucun cas importé et 57 issus de la transmission communautaire…

325 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris. 33 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation des hôpitaux. 03 décès ont été enregistrés ce dimanche 21 mars 2021. L’état de santé des autres patients reste stable. A ce jour, 37 920  cas ont été déclarés positifs, dont 34 892 guéris, 1016 décédés et 2011 patients sous traitement.

Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.

3 DÉCÈS ET MOINS DE 100 NOUVEAUX CAS : LA TENDANCE À LA BAISSE SE CONFIRME

Le compteur garde sa tendance à la baisse malgré trois décès supplémentaires. En effet, sur 1 398 tests réalisés, 87 cas sont revenus positifs, contre 140 hier, soit un taux de positivité de 6,22%, d’après le bulletin épidémiologique. Le communiqué n°386 lu par le directeur de la Prévention au ministère de la Santé, Dr El Hadji Mamadou Ndiaye, fait état de 30 cas contacts suivis, et 57 issus de la transmission communautaire dont 33 à Dakar et 24 à l’intérieur du pays. Une baisse est également notée au niveau des cas de décès, de six, leur nombre a chuté à trois, ces dernières 24 heures. Mais de 1 013 hier, le bilan des décès liés à la Covid-19 depuis le 2 mars 2020, est passé à 1 016, ce lundi, 22 mars. Les cas de guérisons sont presque dix fois supérieurs aux cas graves. La preuve ! 325 patients suivis ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris, contre 33 cas graves pris en charge dans les services de réanimation. À ce jour, 37 920 cas ont été déclarés positifs au Sénégal, dont 34 892 guéris, 1016 décédés et donc 2 011 patients sous traitement.
Par ailleurs, depuis le démarrage de la campagne de vaccination contre la Covid-19, 159 168 personnes ont été vaccinées sur l’étendue du territoire national.